Ministère de l’Intérieur, de la Sécurité, Chargé de la Décentralisation et du Développement Local

Sceau de Republique Gabonaise

COMMUNIQUE DE PRESSE

Au regard de l’actualité du moment qui a un lien avec les Forces de Police Nationale, le Ministre de l’Intérieur, de la Décentralisation, de la Sécurité et de l’Hygiène Publiques Pacôme MOUBELET-BOUBEYA a réuni ce jour à son Cabinet de travail, la hiérarchie des FPN conduite par le Commandant en Chef, le Général de brigade Clotaire Thierry OYE ZUE. Avec lui l’on a noté la présence du Commandant en Chef en second, du Préfet de Police de la ville de Libreville, du Directeur de la Sécurité Publique et celui de la voie publique.

Au-delà des rapports circonstanciés qui lui ont été faits lors de deux faits d’actualité en rapport avec la police (femmes dénudées interpelées et immolation par le feu d’un jeune commerçant), le Ministre de l’Intérieur voulait comprendre ce qui s’est réellement passé, réaffirmer les sanctions déjà prononcées à l’endroit des fautifs puis rappeler les attentes fortes du Président de la République, Chef de l’Etat, Chef Suprême des Forces de Défense et de Sécurité, vis-à-vis de la Police Nationale.

Des exposés du Co-chef des FPN et de ses collaborateurs l’on retient que :

-       Aucun policier n’a déshabillé les femmes à l’ex gare routière. Elles l’étaient déjà ; et que toutes les tentatives de les rhabiller étaient vaines face à leur détermination et leur résistance à quitter la voie ou elles se donnaient en spectacle…ce qui a poussé les agents de la force publique à leur passer des menottes ;

-       Les auteurs de la mise en ligne de la vidéo sur la toile et leur chef hiérarchique ont écopé des sanctions conservatoires allant jusqu’à la suspension de leur solde ;

-       Le jeune commerçant s’est immolé à l’extérieur de la Préfecture de Police avant d’y pénétrer en flammes.

A travers un langage de vérité ; simple, direct et ferme, Pacôme MOUBELET-BOUBEYA a pointé du doigt la posture avilissante d’une frange des policiers agissant dans les marchés et sur la voie publique…toutes choses qui ternissent le formidable travail accompli par les autres unités de la Police Nationale. « Aucune loi n’autorise un policier à confisquer la marchandise d’un commerçant dans un commissariat » a poursuivi le locataire de l’Avenue de Cointet.

Pour démontrer que plus rien ne sera comme avant le garant de la liberté publique a instruit le Commandant en Chef des Forces de Police Nationale à prononcer dans les brefs délais, des sanctions exemplaires à l’encontre de six(6) policiers : les cinq premiers ont été surpris en pleine tentative de racket le 7 novembre au marché de Mont Bouet et le dernier, pour avoir utilisé sans motif valable son arme de poing au milieu d’une foule dans un quartier de la capitale Libreville le weekend end écoulé.

Enfin, le Ministre de l’Intérieur a invité la hiérarchie de la police à recadrer la troupe, à mettre fin à toutes les déviances qui déshonorent la police ; non sans adresser un satisfecit à la Police citoyenne qui, de jour comme de nuit, travaille pour la sécurisation des personnes et leurs biens à travers la traque des bandits de grands chemins, la lutte contre l’immigration clandestine, la lutte contre les stupéfiants etc.

Contact Presse : Jean Eric NZIENGUI MANGALA, Conseiller en Communication du Ministre de l’Intérieur.        06.10.79.10

Publié le : 20 / 11 / 2015


En Haut